lesaventuresdecharlotte@gmail.com

TRAVAILLER EN NOUVELLE ZÉLANDE

Lorsque vous avez terminé vos démarches administratives et acheté votre van, deux possibilités s’offrent alors à vous : partir en road trip ou travailler. En ce qui me concerne, c’est la deuxième option que j’ai choisi. Bien que j’avais déjà quelques économies, j’ai souhaité travailler en Nouvelle Zélande pour que mon voyage ne me coûte pas trop cher. C’est pourquoi après seulement 10 jours passés au pays des kiwis, je suis partie travailler dans une ferme.

 


Pré-requis de l’employeur

Les employeurs en Nouvelle Zélande demandent rarement d’avoir de l’expérience dans le domaine auquel vous postulez. Cependant quelques pré-requis sont demandés par les employeurs :

  • Un visa vous permettant de travailler, par exemple un PVT ou un visa étudiant ;
  • Un numéro IRD qui est votre numéro fiscal néo-zélandais ;
  • Un compte bancaire.

Pour savoir comment obtenir ces pré-requis, je vous invite à lire mon article sur les démarches administratives pour un PVT en Nouvelle Zélande. Pour certains métiers, il sera nécessaire d’avoir un bon niveau d’anglais.


Comment trouver du travail ?

Le moyen le plus commun pour trouver du travail est de postuler sur internet. Il existe de nombreux sites mais selon moi backpacker board est le meilleur. Sur ce site, des offres d’emploi pour les backpackers sont proposées et répertoriées par région et par domaine d’activité. Facebook est également un bon moyen pour trouver du travail. Pour cela, je vous recommande les groupes New Zealand Backpacker Jobs ou encore Les Français en Nouvelle Zélande.

Pour certains domaines d’activité, comme les fermes, l’hôtellerie ou la restauration, il est possible de faire du porte à porte. Pour cela, munissez-vous de votre CV imprimé au préalable (vous pouvez le faire dans les bibliothèques ou les Warehouse par exemple).


Quels types de métier ?

Légalement, un visa tel que le PVT vous permet de travailler dans n’importe quel domaine d’activité. Mais dans la pratique, il est assez difficile de trouver un travail qualifié avec un PVT. La plupart des pvtistes vont alors se tourner vers des métiers dans des fermes et notamment des fermes de kiwis. En effet, travailler dans les fermes permet de gagner beaucoup d’argent en peu de temps en raison du nombre d’heures de travail par semaine. Mais travailler en ferme est très fatiguant et dur physiquement.

Contrairement à ce que pensent la plupart des pvtistes en arrivant en Nouvelle Zélande, il existe pourtant de nombreux domaines qui recrutent des backpackers tels que la construction, la restauration (en cuisine ou en salle), l’hôtellerie, les supermarchés ou encore les stations de ski l’hiver. Ces types de métier présentent tout de même quelques contraintes pour les voyageurs. Il faudra souvent s’engager pour une longue durée et parler anglais couramment. A noter aussi que vous gagnerez sûrement moins d’argent que dans les fermes car vous ferez moins d’heures par semaine. Mais ce genre d’expérience est selon moi, beaucoup plus enrichissante.


Contrat de travail et rémunération

Contrat de travail : Concernant la partie un peu plus administrative, ne commencez pas à travailler avant d’avoir signé votre contrat de travail. Il est d’ailleurs important de le lire attentivement et de comprendre toutes les informations qui y sont mentionnées, puisque votre contrat sera bien évidemment écrit en anglais.

Rémunération : Votre rémunération horaire sera mentionnée sur votre contrat. Il faut savoir que le salaire brut minimum en Nouvelle Zélande est de $17,7 du 1er avril 2019 au 31 mars 2020. Si vous ne prenez pas vos congés, ces derniers seront payés soit chaque semaine, soit à la fin de votre contrat. Ils s’élèvent à 8% de votre rémunération totale.

Versement du salaire : En Nouvelle Zélande, les salaires sont versés chaque semaine par virement bancaire. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle vous devez fournir vos coordonnées bancaires à votre employeur.

Impôt sur le revenu : Il est prélevé à la source, c’est à dire directement sur votre salaire. Si trop de taxes ont été prélevées, alors l’état vous remboursera automatiquement en avril, à la fin de l’année fiscale. C’est souvent le cas pour les pvtistes car leur contrats de travail ne couvrent pas toute l’année fiscale. Pour être remboursée, il faut au préalable s’être inscrit sur le site de l’Inland Revenue et renseigner ses coordonnées bancaires.


WWOOF et Helpx

Le WWOOF (World-Wide Opportunities on Organic Farms) est une association qui permet de mettre en relation des fermes biologiques et des volontaires pour travailler dans ces fermes. Quant au Helpx, il s’agit d’une plateforme qui permet un échange de service entre particuliers. L’adhésion annuelle coûte $40 pour WWOOF et 20€ pour Helpx. En règle générale, le volontaire travaillera quelques heures par jour en échange du gîte et du couvert. Le volontaire ne recevra donc pas d’argent. Au delà de bénéficier d’un gîte et du couvert, ces expériences permettent de partager le quotidien d’une famille néo-zélandaise, d’améliorer son anglais et de découvrir de nouvelles choses (bricolage, cuisine, peinture, jardinage, animaux, etc).


Mon expérience personnelle

Ferme de kiwis : En décembre 2018, seulement quelques jours après mon arrivée, j’ai commencé à travailler dans une ferme de kiwis. J’y ai fait du thinning et du cane training durant plus de 2 semaines. Cette première expérience professionnelle en Nouvelle Zélande m’a permis de gagner une belle somme d’argent en peu de temps et de faire des rencontres. Cependant, ce job était très dur physiquement et les journées assez longues (en moyenne 9 heures de travail par jour).

Helpx : En janvier 2019, une amie et moi avons passé 2 semaines chez une néo-zélandaise pour repeindre sa maison et faire d’autres petits travaux. En moyenne, nous travaillions seulement 3 heures par jour. Nous avions chacune notre chambre et pouvions profiter de la maison, de la piscine et du jacuzzi. Nous avons vécu de bons moments avec notre hôte et son entourage. Le Helpx est une belle expérience que je recommande fortement.

WWOOF : En mars 2019, j’ai vécu 2 semaines chez une famille néo-zélandaise qui élève des chevaux. Cette fois, je passais environ 5 heures par jour à m’occuper des chevaux (les nourrir, les brosser, les monter, ramasser les crottins dans les paddocks, etc). Je partageais une chambre avec un autre wwoofer. J’ai adoré être au contact des chevaux, mais j’ai moins aimé la relation avec les hôtes.

Restauration : En mai et juin 2019, j’ai été serveuse à Rotorua pendant 7 semaines. Je n’avais aucune expérience dans ce domaine mais après un essai concluant, ils m’ont donné une chance. Cette expérience m’a énormément fait progresser en anglais et j’ai beaucoup aimé le contact avec les clients. Malheureusement, puisque c’était la saison creuse, je n’ai fait que 26 heures en moyenne par semaine. Cela m’a laissé le temps de bien découvrir les environs.

 


J’espère que cet article vous permettra de mieux appréhender le travail en Nouvelle Zélande. Comme vous l’aurez compris, travailler dans ce pays n’a pas simplement un avantage pécuniaire, cela va aussi vous permettre de faire des rencontres et d’améliorer votre anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :