lesaventuresdecharlotte@gmail.com

PVT EN NOUVELLE ZÉLANDE : LES DÉMARCHES ADMINISTRATIVES

Après de nombreux voyages à travers le monde, j’ai enfin sauté le pas en novembre 2018 et je suis partie seule pour plusieurs mois en Nouvelle-Zélande. La fin de mes études était pour moi le moment idéal pour prendre une année sabbatique à l’étranger. De nombreux articles sont donc à venir sur cette destination mais commençons par le commencement : les démarches administratives.


1. Visa

La première chose à laquelle penser si vous souhaitez vous rendre en Nouvelle Zélande, c’est le choix et l’obtention d’un visa. Si vous ne souhaitez pas travailler et si vous prévoyez de rester moins de 3 mois, alors un visa touriste est suffisant et s’obtient à votre arrivée à l’aéroport. Mais si, comme moi, vous voulez rester plus longtemps et travailler, alors il vous faudra un Working Holiday Visa. Seules les personnes âgées entre 18 et 30 ans sont éligibles pour ce visa. La demande se fait en ligne sur le site de l’immigration néo-zélandaise et vous recevez normalement votre visa par mail sous quelques jours. Ce visa coûte 280$ soit environ 170€. Il vous permet de voyager, travailler ou étudier pendant un an dans le pays.

2. Billets d’avion

Une fois que vous avez obtenu votre visa, vous pouvez acheter vos billets d’avion pour la Nouvelle Zélande. Pour cela, je vous recommande d’utiliser un comparateur de vols et en ce qui me concerne, j’utilise Kayak depuis des années. Il faut savoir qu’il n’existe pas de vol direct pour la Nouvelle Zélande et le voyage est, comme vous pouvez l’imaginer, très long ! Ne sachant pas réellement combien de temps je voulais rester, j’ai opté pour un aller simple. En réservant seulement un mois à l’avance avec Qatar Airways, j’ai payé mon vol 617€ avec 2 courtes escales. Mais il existe des vols aller retour pour environ 650€ avec des compagnies chinoises.

3. Permis de conduire international

Si vous souhaitez conduire en Nouvelle Zélande que ce soit votre propre véhicule ou un de location, il vous faudra un permis international (ou une traduction officielle de votre permis de conduire français). La démarche complète à suivre se trouve sur le site de l’agence nationale des titres sécurisés. Cependant les délais sont extrêmement longs et je vous conseille vraiment d’anticiper au maximum cette démarche. Il faudra toujours présenter votre permis de conduire français avec le permis international, pensez donc bien à l’emmener avec vous.

4. Assurance voyage

Il est obligatoire de souscrire à une assurance voyage si vous partez en PVT en Nouvelle Zélande. Il est d’ailleurs possible que la douane à l’aéroport vérifie votre souscription à une assurance. Mais outre le fait que ce soit obligatoire, cela vous permettra d’être remboursé de vos frais médicaux si jamais vous rencontrez des soucis de santé.

En ce qui me concerne, j’ai choisi l’assurance Globe PVT avec ACS pour 396€ par an. Libre à vous de comparer les différentes assurances voyage et de choisir la plus adaptée à vos besoins.

5. Forfait téléphonique

La dernière démarche à réaliser en France avant votre départ est l’achat d’un forfait Free. En effet, il s’agit du seul opérateur français à proposer un forfait valable en Nouvelle Zélande ainsi que dans beaucoup d’autres pays. Pour seulement 20€ par mois, vous pourrez bénéficier de 25Go d’internet, appeler et envoyer des messages gratuitement vers des numéros français ou néo-zélandais. Les forfaits téléphoniques en Nouvelle Zélande coûtent très cher surtout lorsque l’on utilise beaucoup internet.

Cependant, il vous sera tout de même indispensable d’avoir un numéro de téléphone néo-zélandais pour chercher du travail par exemple. Je vous conseille donc d’acheter une carte SIM locale prépayée. Personnellement, 20$ m’ont suffi pour 10 mois en Nouvelle Zélande car je m’en servais principalement pour répondre à des appels.

6. Compte bancaire

Une fois que vous êtes arrivés en Nouvelle Zélande, pas de temps à perdre si vous souhaitez rapidement partir explorer le pays ou bien travailler. La première démarche à réaliser à votre arrivée est l’ouverture d’un compte bancaire néo-zélandais. Pour cela, il faudra vous rendre dans la banque de votre choix et prendre un rendez-vous pour ouvrir un compte. J’ai personnellement choisi ANZ et j’en suis très satisfaite.

Si vous arrivez à Auckland, je vous conseille d’aller dans une agence en dehors du centre ville car les délais pour obtenir un rendez-vous sont moins longs. Lors de ce rendez-vous, il faudra vous munir de votre passeport, de votre visa, de votre numéro fiscal français et d’un justificatif de domicile en Nouvelle Zélande (un mot de votre auberge ou une facture Airbnb suffisent). Il faut compter 10$ de frais par an pour une carte Visa.

En attendant d’avoir votre carte bancaire néo-zélandaise, je vous conseille vivement d’effectuer vos premières dépenses sur place avec une carte Revolut (carte standard gratuite avec mon lien de parrainage). Vous n’aurez alors aucun frais que ce soit pour payer vos dépenses sur place ou retirer de l’espèce aux distributeurs.

7. Numéro IRD

Une fois que vous aurez ouvert votre compte bancaire néo-zélandais, alors il faudra demander votre numéro IRD. La démarche s’effectue en ligne et vous recevrez normalement votre numéro en quelques jours. Ce numéro est indispensable si vous souhaitez travailler en Nouvelle Zélande. Il s’agit de votre numéro fiscal néo-zélandais et vous devrez le fournir à votre employeur avant de commencer à travailler.

8. Transfert d’argent

Et enfin, si vous souhaitez transférer de l’argent de votre compte français à néo-zélandais, ne passez surtout pas par votre banque. En effet, la banque française ainsi que la banque néo-zélandaise prendront toutes deux des frais liés à la conversion de monnaie. De plus le taux de change est peu avantageux. Mais en utilisant un outil tel que Currencyfair, vous n’aurez aucun frais bancaire. De plus, en utilisant mon lien de parrainage, la plateforme vous offre 30€.


Je sais que l’on peut parfois être totalement perdu face à la quantité d’informations à retenir, alors j’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair. Mais si vous avez des questions supplémentaires, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ou à m’envoyer un mail, je m’y ferai une joie d’y répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :